Jacques Flèchemuller

https://www.instagram.com/flechemuller
Révélé en 1981 à Paris par la galerie Jeanne Bucher, aujourd’hui partagé entre Brooklyn et l’Ardèche, l’artiste s’inspire des années 50 pour dire avec tendresse la vacuité qu’il ressent au sein d’un monde trop léché, trop convenu. Le sourire alors se crispe, une bouffée d’angoisse s’insinue au creux de l’illustration si sereine. On en voudrait pour preuve cette passion avouée pour « Les Pieds Nickelés », cette BD qui à une époque “bien-pensante” libéra la parole de la bande dessinée, fut-ce au prix de quelques entorses à la morale. Et c’est en empruntant le costume de Ribouldingue, le célèbre barbu du trio ou le squelette de Croquignol qu’il revisite quelques grands maîtres comme Vélasquez ou Goya – notamment un dessin de Saturne-Ribouldingue dévorant ses enfants “emprunté” au maître espagnol – et leur rend hommage par la dérision. Sur la glace, un pingouin peut s’élancer en patins à roulettes, un bébé un biberon en équilibre sur le ventre peut feindre d’ignorer qu’au-dessus de sa tête de l’encre noire dégouline d’une phrase dont les caractères ressemblent fort à des signes orientaux, le cocasse de la situation nous faire sourire, le rire, lui, nous reste au fond de la gorge. Expositions à Autour de l’Image : Serial Framer depuis 25 ans, 2020 (collective) Tous les jours dans ma tête FLÈCHEMULLER, 2021 (solo)

Selection d'oeuvres

Galerie Autour de l’Image – 2019 – Droits réservés
Privacy Policy / Terms of Use